Les aimants

Les aimants à base de terres rares les plus courants reposent sur des alliages de néodyme-fer-bore (aimants NdFeB). Ces aimants sont constitués d'une phase de matrice Nd2Fe14B, entourée d'une phase de grains riches en néodyme allié au praséodyme, au gadolinium, au terbium et en particulier au dysprosium (figure 1). Pour éviter l’oxydation de ces alliages, ces aimants sont généralement protégés par une couche de métal comme le nickel ou autres. Le dysprosium est ajouté aux aimants pour augmenter leur coercivité, et sa teneur dans les aimants NdFeB varie largement selon l'application. Les aimants NdFeB ont le produit d'énergie BHmax le plus élevé de tous les aimants permanents (200-440 kJ m-3). Les alliages NdFeB peuvent être utilisés dans des plasto-aimants (contenant 10 % de résine époxy) ou dans des aimants frittés. D’autres types d’aimants utilisent des alliages samarium-cobalt avec des formulations différentes (SmCo5 ou Sm2Co17). Ces aimants ont des produits énergétiques BHmax allant de 120 à 260 kJ m-3. En raison de leur produit énergétique plus faible et parce qu’ils sont en général plus chers que les aimants NdFeB, les aimants permanents SmCo ont une part très faible (moins de 2 %). En outre, leur production a largement pâti des pénuries de cobalt rencontrées dans le passé (Steve Constantinides, 2012).
 

Dernière mise à jour le 24.09.2014